Orientation post-obligatoire

Le jeune devra être tout à fait prêt, donc spécialisé et compétitif, lorsqu’il quittera l’école obligatoire. Si l’enfant peut se permettre l’insouciance, l’adolescent, lui, se doit de penser sérieusement à son avenir, ce d’autant plus que dès l’âge de 15 ans, il approche le terme de la scolarité obligatoire: un monde aux multiples possibilités s’ouvre à lui.

Pour prendre les bonnes décisions, parents, école et adolescent doivent tomber d’accord. S’il s’avère en cours de route que l’adolescent doit ou veut changer de cap, un système éprouvé de «passerelles», ou structures de transition (voir exemples plus avant), lui permet d’emprunter un chemin plus adapté.

Voyons comment cela fonctionne… Suivant ses résultats et ses préférences, l’adolescent va s’engager dans la formation gymnasiale ou dans la formation professionnelle. Dans le premier cas, «il fait ses humanités» et entre au Gymnase ou à l’Ecole de culture générale et de commerce. Dans le  second cas, il fait un apprentissage, soit à travers une Ecole professionnelle, soit dans une Ecole de métiers. Voici brièvement en quoi consiste chacune des quatre institutions.